La cécité au choix

Le temps d'avance - Partie 1

La maîtrise de l'attention - Partie 2

« Quand vous voulez que le public regarde dans une direction, faites-le vous-même. Quand vous voulez qu’il vous regarde, regardez-le » Roberto Giobbi
« Quand vous voulez que le public regarde dans une direction, faites-le vous-même. Quand vous voulez qu’il vous regarde, regardez-le » Roberto Giobbi
Pour maîtriser l'attention, la première chose que vous devez absolument contrôler, c'est votre regard. Le regard a un pouvoir magnétique : essayez, et vous verrez que, sans forcer, si bien évidemment vous savez intéresser votre auditoire, ce dernier suivra toujours votre regard.

Les magiciens utilisent souvent cette particularité dans leurs tours.

Car ils savent que votre attention ne peut pas être focalisée à deux endroits différents au même moment. Ils dirigent leur regard tantôt vers une source d'information, tantôt vers votre regard de façon à créer au bon moment un détournement d'attention. Sous couvert d'une action, qu'ils réalisent en pleine lumière, ils profitent du même moment pour manipuler secrètement : ils créent ce qu'on appelle une action en transit, en partant du principe que lorsque vous débutez deux actions, c'est la première qui attire l'attention.
Par exemple, sous couvert de manipuler une boule de billard avec la main gauche que l'artiste regarde, la main droite s'empare d'une boule dans la poche : votre attention est naturellement attirée par la première main en mouvement, celle qui fait l'action, qui est intéressante donc, pour masquer l'autre main qui agit par conséquent "dans l'ombre". Dans ce cas précis, le regard de l'illusionniste additionné au mouvement principal attire votre attention et la focalise dans un cadre. Tout ce qui sort de ce cadre est inhibé, non perçu.

Comment expliquer ce phénomène ?

Pour quelle raison l'œil serait-il plus attiré par un mouvement qu'un autre ? Tout se passe au niveau neuronal : vos récepteurs sensoriels transmettent d'autant plus rapidement une information que son intensité est élevée : on perçoit d'abord une information forte en intensité. Par exemple, si vous lancez deux musiques et que vous augmentez le son de l'une d'entre elle, à un moment donné vous ne percevrez plus l'autre. C'est un principe bien connu du marketing : si vous voulez qu'on parle de vous, vous devez être la personne qui fait le plus de bruit, qu'on voit le plus souvent.
sarin suriyakoon 1103306 unsplash
Vous aussi, devenez magicien 
et rejoignez le Magic'Camp
Dès lors que vous ne voyez pas quelque chose d'important, même si ça semble évident - vos lunettes que vous cherchez partout, votre voiture sur le parking - vous êtes victime de ce phénomène de cécité par inattention. Les causes sont multiples, mais la plupart du temps, c'est parce que votre esprit est déjà bien accaparé par d'autres choses : des soucis, le stress, la fatigue, une conversation téléphonique, une discussion etc...

Vous êtes occupé ou préoccupé, vous ne voyez pas ce qui vous entoure.

Si les magiciens sont capables de détourner l'attention, ils sont également capables de l'attirer et de la diriger. La plupart des gens confondent d'ailleurs ces deux notions et pensent qu'un bon magicien se contente de divertir l'attention. Ce n'est pas tout à fait vrai : un bon magicien doit savoir attirer, maîtriser et diriger l'attention là où bon lui semble. C'est ce qu'on appelle l'art de la misdirection : la capacité de diriger mais surtout d'éloigner l'attention d'une action secrète. Car en effet, pour qu'un tour de magie fonctionne, il est important de séparer l'effet souhaité de la méthode utilisée dans le temps et l'espace. Ceci afin d'obtenir un avantage sérieux : un temps d'avance.
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

La cécité au choix

Le temps d'avance - Partie 1